Un peintre : Michel Macréau

Publié le par jane

Décidément intriguée par ce peintre
je suis allée chercher qqs renseignements sur Internet ,
et vous livre deux ou trois de ses oeuvres ,
aussi étranges les unes que les autres


Les obsessions de Michel Macréau

La Halle Saint-Pierre à Paris consacre une importante rétrospective à l’artiste Michel Macréau, décédé en 1995, considéré comme l’un des précurseurs du graffiti urbain et de la Figuration libre.

Réagir

DOMINIQUE POIRET

Il peint à la paille, au pinceau, sur tout ce qui lui tombe sous la main, toiles, draps, sacs de jute, planches de bois mais aussi sur les murs. Un peu comme son cadet new yorkais, Jean-Michel Basquiat ou le français Combas. Michel Macréau, mort en 1995, est peut-être le précurseur d'une certaine Figuration libre. Après avoir connu un succès incontestable dans les années soixante, il tombe ensuite dans l'oubli. La Halle Saint-Pierre, nous offre la première rétrospective parisienne consacrée à cet artiste.

Proche du mouvement Cobra, précurseur du graffiti urbain et de la Figuration libre, né en 1935 à Paris, Macréau, connaît une enfance plutôt instable. Après des études d'arts, à la fin des années 1950, il s'installe dans un vieux château inhabité de la Vallée de Chevreuse pour se consacrer totalement à la peinture. Il travaille quelques temps à Vallauris comme décorateur.

Au début des années soixante, il expose avec un certain succès chez le galeriste Robert Cordier, à Paris. Son style personnel est alors défini, il ne s'en écartera pratiquement plus. Fort de ce succès, il est présenté par Céres Franco à la Biennale d'Art de Sao Paolo en 1963.

Macréau une carrière fulgurante

Macréau abandonne l'usage du pinceau dès 1959, préférant travailler directement avec les tubes de peintures, auxquels il lui arrive d'adapter une paille pour pouvoir dessiner comme avec une seringue ou une douille de pâtisserie et obtenir un rendu plus fin.

Il peint sur un fond uni (blanc, noir, ou couleur du support). Il utilise pour cela, tous les supports possibles, draps, papiers kraft, carton, toile de jute ou à même le mur, bien avant la mode des tags et des graffitis. De tout, il sort quelque chose.

Une force dans l'expression

Son travail est mû par une rage qui le délivre d'un monde intérieur ne supportant pas les compromissions. D'une féroce lucidité, ses peintures sont chargées, aux contenus obsessionnels, en dehors de toute convention. Il ne s'en dégage pas moins de la tendresse et de l'humour. Pourtant, elles ne cessent de susciter aussi bien la fascination que le rejet.

Ses toiles pleines de ferveur sont remplies de corps et de visages, faisant appel à une abondance de symboles élémentaires (croix, cœurs, sexes, têtes de mort...) et d'écritures, sans se préoccuper de ressemblance ou de perspective. Il y a toujours chez lui, la volonté d'inscrire la peinture dans le champ de l'écriture. Son obsession dominante reste le corps humain, hommes et surtout femmes, dont il dresse la carte, comme une géographie symbolique, avec tous ses organes et tous ses orifices exagérément indiqués.

S'il connaît une embellie au début des années 80, il n'obtient pas le succès de ses descendants de la Figuration libre des deux côtés de l'Atlantique. Ce qu'il a compris auparavant, d'autres l'ont réalisé après lui et ont obtenu la gloire que l'on sait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Y'a une erreur , à vous de la trouver !!

 

 

 

 

A+

 

 

 


 


Commenter cet article

jane 05/12/2010 12:10



Exact ! Et c'est de qui ????



Violaine 04/12/2010 13:02



 


La dernière photo


est une


intruse.



Bénédicte 28/07/2009 17:08

une filiation interressante .Merci de ta visite....!

jane 28/07/2009 22:58


Inutile de me remercier , je viens quand je veux , je sais que tu postes peu et que tu n'es pas très généreuse en coms...surtout ne prends pas cela comme un reproche ,
chacun fait bien comme il veut , ou même souvent comme il peut !!
Pour ce qui est de la filiation entre Soutine et Macréau , elle ne pouvait tromper qu'un oeil bien peu averti...


Ph Ch 28/07/2009 13:01

c'est un peintre que j'aime beaucoup , j'ai eu la même galerie que lui à Paris (Guillon Laffaille ...comme stephane.. )Et Soutine evidemment un grand genie !

jane 28/07/2009 15:33


Il n'a pas trop plu , moi il m'a drôlement intriguée !!


jane 27/07/2009 14:03

Je trouve les couleurs beaucoup plus pâles , mais cela vient peut-être de la photo...Soutine aussi a eu une drôle de vie , mais il a connu la réussite avant sa mort , récompense de tant d'années de patience et de souffrances...Au Mali , ma fille vit dans le seul endroit vivable pour un Européen habitué à un certain confort : à Bamako , la Capitale , sans noms de rue , ni adresses...Parents et enfants "travaillent" au Lycée français de Bamako...