Les New Yorkaises

Publié le par jane

 

                  Un peu long l'article, d'accord, mais le lira qui veut ! le bouquin est super en tout

cas et vous ne vous ennuierez pas une seconde en le lisant  !

 

Les New yorkaises (Edith Wharton , 1927 ) Numéro ISBN 2290311464

 

 

 

Edith Wharton est morte en 1937 mais j’ai trouvé son roman – découvert par hasard un jour où j’avais envie d’essayer autre chose ! – prodigieusement moderne .

Son style est classique , mais habile , riche et léger à la fois , précis quand il se doit et poétique juste quand il faut . Il se dégage de cette façon de raconter un humour et une légèreté pétillante qui font que cela se boit d’un trait , comme une coupe de champagne bien frappé .

L’histoire se situe à New York à la fin du XIX° siècle . Elle touche entre autres au problème délicat de l’inceste qui est traité par touches légères très impressionnistes : en effet le sens se dégage des façons d’agir des personnages parfois même à leur insu ( et comme ils se mentent bien aussi ! ) . Il y a beaucoup de non-dits , jamais d’explications lourdes . E.Wharton nous donne à voir et à comprendre des personnages que leur éducation rigoriste a conduits à occulter à leur propres yeux ce qui n’est pas dans la ligne de ce qu’il est bien ou mal de faire ou de penser . Le style est donc parfaitement adapté au « sujet » .

L’essentiel n’est cependant pas l’histoire .

Il y a d’abord cette écriture si efficace, je veux dire fluide et précise à la fois , avec des moments de pur bonheur poétique : E. Wharton adorait la poésie et s’y est essayée dans son jeune temps . Mais si les problèmes de versification l’ont un peu rebutée , son goût poétique s’épanouit en toute liberté dans la prose de ses romans .

Mais par-dessus tout , ce roman étonne par la description drôle et féroce des mœurs de la grande bourgeoisie new yorkaise de la fin du XIX° et du début du XX° siècle . Edith Wharton nous donne à voir une galerie de portraits d’une grande richesse ,  passant avec une parfaite aisance de la caricature hilarante à l’esquisse toute en délicatesse , le tout non dénué de tendresse pour ce monde qui fut le sien . J’ai souvent pensé à Woody Allen en lisant ce roman : autre époque , autres personnages , autre milieu , mais même esprit .

Enfin , il y a ce dénouement qui n’en est pas vraiment un , qui reste une attente , avec le merveilleux personnage de Nona qui préfigure la jeune femme moderne de ce siècle qui s’ouvre, celle qui voudra assumer ses différences face aux diktats sociaux . Nona est brisée , mais libre , parce qu’elle préfère la solitude au choix que lui offre la société et qui n’est pas celui de son cœur .

 

 

Commenter cet article

jane 01/06/2007 11:36

Merci, Sieglund, mais mon styleest loin d'avoir la saveur du tien ! Ceci dit, si je t'ai donné une idée de lecture, tant mieux !! Bizzzzzzz et à+

sieglind la dragonne 01/06/2007 10:50

Long ? Meuuuu nooooon ! Quand tu connais mes "pontes" ça, c'est du longuet ! hé, héMoi, je le trouve particulièrement intéressant pour me donner l'idée de noter le titre du bouquin (c'est rare, parce que certains articles sur des bouquins ont plutôt l'effet inverse hé, hé, je fuis à  l'opposé et très très vite hé, hé)Bonne journée Jane et merci de bouquiner des trucs à nous faire découvrir, c'est toujours sympa !

jane 31/05/2007 15:58

Oui, Gérard, je suis allée lire, tu dis à peu près ce que je dis, en développant davantage ! Mais il faudrait poser une autre question ! Est-il possible de croire en Dieu malgré la souffrance des enfants, et le massacre des Innocents ? Toutes les laideurs du monde ne contrebalancent-elles pas ses beautés qui nous font toucher à l'Absolu ? J'avoue que j'ai du mal à penser que si Dieu existe il soit aussi cruel avec les êtres qu'il est censé avoir créés ! Et pourquoi permet-il aux riches d'exploiter toujours les plus faibles ? "Les premiers seront les derniers", mais en attendant...les puissants qui sont souvent malhonnêtes, qui me dit qu'ils iront en Enfer ? Mais les pauvres, les exploités, ils vivent leur enfer sur terre ! Bref, j'arrête, il y aurait trop à dire . A+

Gérard 31/05/2007 15:30

Bonjour
Ma reponse à la question que j'avais posée croyez vous en Dieu ? est en ligne sur instant present
Bonne journée Gérard

jane 31/05/2007 13:16

Alors, lis-le, mais en sautant des pages !!!